la spiruline

Histoire de la spiruline

En 1939, un pharmacien de Bordeaux, le professeur Creac’h, a trouvé des galettes de spiruline séchée sur un marché de Massakong (Tchad) et c’est le phychologue Dangeard qui décrivit cette algue en 1940 dans le bulletin de la Société linnéenne de Bordeaux.

Dans les années cinquante, Brandily, ethnologue cinéaste travaillant dans la région du Kanem (Tchad), écrivait :

Depuis des lustres, une tribu primitive du Tchad exploite la nourriture de l’an 2000.
Brandily

Mais cette vision prophétique n’eut aucun retentissement à l’époque.

C’est seulement dans les années soixante que Jean Léonard, botaniste d’une expédition belge au Sahara, confia un échantillon de galette verte séchée acquise dans un marché de Fort-Lamy (Tchad) à P. Compère, autre botaniste, lequel identifia la substance en question comme Spirulina platensis. A partir de là, les choses allaient s’accélérer.

Pendant que l’on (re)découvrait la spiruline africaine, au Mexique, la société Sosa Texcoco, productrice de dérivés de la soude, rencontrait des difficultés inattendues : une minuscule algue, d’origine inconnue, colonisait les parties périphériques de l’évaporateur.

L'ex-sénateur H. Durand-Chastel, ancien directeur de la ST, entreprit des recherches sur ce que l’on tenait pour une nuisance. Providentiellement, le biologiste chargé de résoudre le problème connaissait les travaux de P. Compère sur la nourriture verte des Kanembous du Tcad. Il fit donc le rapprochement entre l’algue africaine et le microorganisme intempestif qui lui était soumis. Il s’agissait bien de spiruline, la Spirulina geitleri, variété proche de la Spirulina platensis.

Depuis quand la petite algue hibernait-elle à l’insu de tous, dans les eaux devenues souterraines du lac Texcoco ?

En relisant certaines chroniques de la conquête espagnole décrivant la vie des Aztèques, on comprit enfin les allusions, demeurées jusque là obscures, à cet aliment.

Lopez de Gomara fut le premier à mentionner l’utilisation alimentaire de la spiruline par les Aztèques : « Avec des filets à mailles très fines, ils collectent à une certaine époque de l’année une espèce de purée qui se forme sur l’eau des lacs de Mexico ; ils l’épaississent et ce n’est ni plante ni terre, mais quelque chose comme de la boue.

Il y en a grande quantité et ils en ramassent beaucoup. Ils la moulent au sol, comme on fait le sel. Elle s’épaissit et sèche. Ils en font des gâteaux semblables à des galettes qu’ils vendent non seulement sur le marché local, mais loin aussi de la cité. Ce produit se consomme comme le fromage. Il a une saveur salée qui est agréable.

Nommée tecuitlatl par les Aztèques, cette algue constituait l’aliment de base des « coureurs de poisson ». Les Aztèques l’utilisaient jusqu’à l’arrivée des conquistadores espagnols qui en restreignirent sévèrement la consommation. Pendant quatre siècles, nous avons perdu connaissance de l’existence de cette manne. Ainsi, les Aztèques et, selon toute probabilité, les Toltèques avant eux récoltaient la spiruline, exactement comme les Kanembous du lac Tchad pour se nourrir.

Aujourd’hui, des millions de personnes dans le monde mangent de la spiruline cultivée de façon artisanale ou industrielle. Considérant l’état de notre planète, la famine et la « malbouffe », la spiruline semble bien être une solution d’avenir pour résoudre une grande partie des problèmes de malnutrition et de sous-alimentation. Souvenons-nous donc de la maxime d’Hippocrate :

Que la nourriture soit ton médicament » et… appliquons-la ! En d’autres termes, si la spiruline est ta nourriture, alors ce que tu manges sera ton médicament.

Au début années 60, le microbiologiste Hiroshi Nakamura et le docteur Christopher Hills ont été les pionniers de la recherche sur la spiruline.

 

1973 Le docteur Ripley D. Fox commence à faire pousser de la spiruline en Inde.

1974     La société Proteus of California entame la culture expérimentale de spiruline.

1978 La compagnie japonaise Dai Nippon Ink & Chemicals cultive de la spiruline en Thaïlande.

1982 La société Earthrise construit dans le désert de Californie la première ferme de spiruline.

1985 La compagnie nord-américaine Cyanotech commence la production de spiruline à Hawaï.

2001   Belda Sisso écrit le premier livre de recettes et la première méthode de jeûne à la spiruline dans son livre Saveurs et Vertus De La Spiruline, Mama édition.

2005   Belda Sisso écrit La spiruline ; saveurs et vertus aux éditions Grancher.

 

Depuis lors, la demande est en augmentation et des exploitations voient le jour de par le monde : Inde, Vietnam, Corée, Chine, Chili, Pérou, Colombie, Espagne, France.

Des expériences et des réalisations existent déjà dans de nombreux pays, les études scientifiques se multiplient et des centaines d’articles et de communications ont été publiés ces trente dernières années, mettant en avant les innombrables avantages nutritionnels et thérapeutiques de l’algue spiruline. Enfin, celle-ci fait l’objet d’études et d’essais d’utilisation dans les stations orbitales.